« L’Allemagne a connu une hausse des crimes commis par des migrants »

« Pour beaucoup, Angela Merkel est l’incarnation de la stabilité face à la crise, alliant fermeté diplomatique et solides prises de décision. Or pour cette compétence, son mandat a été marqué par une série de revers. Premièrement, elle a décidé d’ouvrir ses frontières aux demandeurs d’asile au plus haut de la crise des réfugiés. Près d’un million ont afflué vers l’Allemagne sur la seule année 2015. Tandis que certaines personnes se sont montrés accueillants, d’autres se sont inquiétés que le pays ne puisse pas tenir le coup. 1 an après que Merkel ait lancé la politique de frontières ouvertes, l’Allemagne a connu une hausse des crimes commis par des migrants. L’un des plus choquants a été lorsque des centaines de femmes ont affirmé avoir été agressées sexuellement à Cologne lors des fêtes de fin d’année par des hommes d’apparence nord-africaine ou arabe. Les événements de Cologne ont eu des conséquences sur la popularité de Merkel. La politique migratoire controversée de la chancelière a aussi été accusée, au moins partiellement, d’être responsable d’une chose bien plus sinistre et dangereuse … La montée du terrorisme islamiste. Des migrants insuffisamment inspectés ou ultérieurement radicalisés ont franchi la frontière. L’Allemagne a été le théâtre de nombreux attentats. Merkel a fait face à sa plus grande crise en tant que dirigeante. Père de victime d’attentat : “Notre enfant a été sérieusement blessé ici. Merci Mme Merkel. Je ne voterai plus pour vous de ma vie, et j’espère qu’il en sera de même pour ma famille et mes amis.” Enfin, le sommet du G20 qui était pourtant l’opportunité pour la chancelière Merkel de s’exprimer à l’international a vu Hambourg, qui devait être une passerelle pour le monde, devenir du fait des manifestants une passerelle pour l’enfer, et les autorités n’ont pas réussi à empêcher le chaos. La ville a été le théâtre d’émeutes, voitures brûlées et affrontements de rue avec la police. La plupart des médias l’ont rendue responsable du chaos et même du simple fait d’avoir choisi ce lieu pour le G20. Elle a beau rester la reine des sondages, Merkel aura peut-être besoin d’un 4ème mandat pour corriger le désordre qu’elle a créé dans le 3ème. »

Source : Russia Today, 25 septembre 2017