Thierry Ardisson veut protéger le quartier Rivoli : « J’adore les kebabs, mais les kebabs, c’est mieux à Barbès »

Arrive un moment où il n’est plus possible de défendre le patrimoine française sans appeler un chat un chat et donner dans le politiquement incorrect, ainsi que le montre cet entretien avec Thierry Ardisson réalisé sur le terrain par Le Parisien.

Category: Histoire, Société